BIENVENUE SUR MON BLOG

BIENVENUE SUR MON BLOG



dimanche 22 janvier 2017

CROSS POUR TOUS DE FRÉJUS


Dans le sud il fait toujours beau disent les locaux avec un brin de fierté, voire d’arrogance.

Pourtant, exception fut faite en ce jour de cross-country à la Base Nature de Fréjus dans le cadre des championnats régionaux.

J’ouvrai le bal des courses du jour sous une pluie battante et un terrain gras à souhait, ponctué de flaques d’eau et de passages dangereusement glissant.

La lutte fut menée jusqu’au bout pour le gain d’une place supplémentaire à deux cents mètres de l’arrivée qui me sera soufflée à quelques foulées de la ligne.

Ma course permettait cependant de renseigner mes camarades de club sur le parcours et ses pièges.

Les filles de Courir à Peillon, fraîchement auréolées du titre de championnes départementales des Alpes-Maritimes de cross court, affrontaient aujourd’hui les meilleures équipes régionales.

Dernier conseil d’un de leurs entraîneurs sur la ligne de départ : « Donnez le meilleur de vous-même, pour n’avoir aucun regret ».

Au prix d’une excellente stratégie d’équipe, les cinq athlètes ont fait le maximum. Hélas, elles terminent de très peu au pied d'un podium pourtant envisagé et espéré jusqu'au dernier instant avant le verdict du jury.


Mais cette quatrième place a de quoi réjouir le club prouvant une nouvelle fois une unité et un volontarisme hors du commun.


dimanche 15 janvier 2017

COMME UNE RESPIRATION

Quarante textes courts de Jean Teulé, malicieux et cruels, ordinaires ou extraordinaires, quarante destins, quarante personnages, quarante vies qui vous transportent dans les plaisirs des vies simples et des choix qui les bouleversent.


Un livre comme une respiration, comme un souffle, comme un bol d’air régénérant.



dimanche 8 janvier 2017

VOIE RAPIDE CLASSIC

Il est depuis plusieurs années un usage azuréen sportif permettant aux amateurs de course à pied de fouler le bitume sur la Promenade des Anglais.

Pour des raisons que je ne partage pas, la course, cette année, fut délocalisée sur la voie rapide et les dix kilomètres rebaptisés « Prom’Classic Express » par les organisateurs et « Voie Rapide Classic » par des participants un tantinet sarcastique.

Le bord de mer fut ainsi remplacé par une suite d’immeubles sans charme aux appartements doublements vitrés par les habitants sur un parcours sans public possible (mais pourquoi ne pas avoir fait un parcours en ville ?), des sas de départs désorganisés obligeant un premier kilomètre en slalom pénible, un podium face à la ligne d’arrivée empêchant le public de voir et applaudir les lauréats, et des mesures de sécurité poussées à l’extrême allant jusqu’à restreindre la zone d’échauffement.

Mais la course clôturait aussi une période d’entraînement permettant aux uns et aux autres de faire le point sur leur état de forme. Pour ma part, je signe exactement le même temps qu’en 2016, j’en conclus par conséquent que je n’ai pas vieilli ce qui fait toujours plaisir le jour de son anniversaire !

Les filles de Courir à Peillon (et Serge) dans le tunnel Malraux





samedi 31 décembre 2016

D’ÊTRE À REBROUSSE-POIL

Puisque c'est d'usage, votre dévoué blogueur ne va pas faillir à la tradition en présentant ses vœux à la nation entière par l'entremise de ce morceau de toile que vous êtes de plus en plus nombreux à venir consulter si j'en crois les statistiques.

Je m'efforce d'être à la hauteur de la tâche qui m'incombe en publiant mes traditionnels avant le Président de la République parce j'ai le sens des priorités.

Ainsi, je souhaite à tous les solitaires une année qui ne soit pas pire que la précédente, ce qui sera déjà pas mal.

Mes pensées autant aimables que courtoises, vont à toutes celles et tous ceux dont on impose des festivités de changement d'année alors qu'ils n'ont rien demandés. Celles et ceux qui seront tout seul ce soir et qui éteindront leur téléphone portable vers vingt-deux heures pour éviter les messages et appels dont l'hypocrisie n'aura d'égal que leur platitude de lieux communs, il sera bien assez tôt demain matin pour lire et écouter tout ça, Celles et ceux qui seront réveillés à minuit dix parce que les joyeusetés imposent de se manifester avec la sonorité d'un klaxon ou quelques braillements éthyliques. Celles et ceux qui devront rendormir les enfants pour l'occasion en se disant qu'ils seraient allez volontiers à cette soirée mais que personne ne pouvaient garder les enfants. Celles et ceux qui sont dans une maison de retraite, une chambre d'hôpital, une prison et qui pensent aux fêtes qu'ils faisaient jadis mais aussi celles et ceux en bonne santé, jeunes et libres qui seront seuls parce que personne n'a pensé ou voulu les inviter.

Cela pourrait être une soirée ordinaire, semblable aux 364 précédentes, mais le mercantilisme n'a pas omis de leur rappeler que c'était les fêtes et qu'il était obligatoire de consommer, certains d'ailleurs l'ont fait avec une demi-bouteille de champagne et une douzaine d'huîtres pour faire comme tout le monde et se sentir moins seul.

Cela pourrait être une soirée ordinaire mais les médias diffuseront en continu l'idée de la fête, à la télévision avec des programmes médiocres, à la radio dans chaque flash d'information, dans les journaux avec des rétrospectives de l'année écoulée, sur les réseaux sociaux et les téléphones avec des messages venant de partout pour peu que le service commercial ait enregistré les coordonnées de leurs victimes.

Et toc.

Je vous embrasse cependant.

lien sur le blog de l'auteur


Allez, je vous même quand même un petit cœur !