BIENVENUE SUR MON BLOG

BIENVENUE SUR MON BLOG



dimanche 17 décembre 2017

DIX BOUGIES SPORTIVES

Le petit club qui monte, le club le plus sympa de la Côte d’Azur, le plus convivial, les qualificatifs ne manquent pas pour la grande famille de Courir à Peillon, forte de plus de 80 adhérents dont une vingtaine d'enfants.

L’aventure a commencé en 2007 sous la présidence de Marc WALTZER, qui a depuis passé le relais à son fils Julien, puis s’est créé la MONTA CALA dont la prochaine édition aura lieu le 10 juin 2018, le trail de Peillon fera sont apparition en 2016 avec une première édition d’anthologie courue sous des trombes d’eau !

Les courses enfants ont pris tant d’ampleurs qu’elles sont désormais les deuxièmes plus importantes du département des Alpes-Maritimes en nombre de têtes blondes participantes. Il était donc dans l’ordre normal de l’évolution du club que soit créée une section enfants qui a vu le jour en septembre 2017.

Les couleurs du club s’exportent régulièrement à travers le Monde, notamment avec les marathoniens et traileurs. Costa-Rica, Londres, Berlin, Amsterdam, Milan, Rome furent quelques-unes des destinations des coureurs. Dernièrement ce fut Dublin, dans quelques mois ce sera Prague.

Il n’est pas rare non plus que quelques adhérents emmènent le maillot du club en vacances pour le seul plaisir. (voir sur ce lien, "le maillot autour du Monde") 

Vendredi soir, Jean-Marc RANCUREL, le Maire de Peillon, dont le soutien est entier dans tous nos projets, organisait à la Mairie une réception anniversaire pour marquer tout le chemin parcouru par le club communal.






lundi 11 décembre 2017

CROSS AMNESTY (2017)

Avec le cross de îles, la course organisée par le comité Amnesty International de Valbonne est une autre de mes courses préférées. Elle n’a pourtant de cross que le nom, 80% du parcours étant sur asphalte.

Pour ma septième participation (il faudrait d’ailleurs que j’arrête de faire ce genre de décompte contribuant à mon blanchissement capillaire), il fallait être motivé par la cause des droits de l’homme et le sport pour affronter les trombes d’eaux, accompagné par Dorothée et Angélique et rejoins par Franck.

Pour nous quatre la course se déroule sous les meilleurs auspices, Franck l’achevant main dans la main avec son ami et voisin Axel laissant la photo finish déterminer le vainqueur de l’épreuve, Angélique se classe troisième féminine, Dorothée et moi premiers de nos catégories respectives.

Il fallut donc attendre dans le froid et l’humidité la remise de nos symboliques trophées. Mais que ne ferait on pas pour savourer un moment de gloire aussi symbolique qu’éphémère.


Le départ de la course

Franck et Axel à l'arrivée

Angélique consultant son chrono après avoir passé la ligne

Dernières foulées pour Dorothée

lundi 4 décembre 2017

CROSS DES ILES 2017


Une vague de froid sur la Côte d’Azur commence quand le mercure descend sous la barre des huit degrés Celcius. Alors quand le vent s’en mêle la veille d’une compétition, tous les concurrents prévoient les équipements de circonstances : écharpes, bonnets, gants, veste polaire, cuissards longs, manchons, ….

Mais pour cette quarante-quatrième édition du Cross des Îles de Lérins, et ma douzième participation, Eole était parti souffler ailleurs au point de regretter de ne pas avoir pris nos lunettes de soleil !

Ce grand rendez-vous du cross-country au large de Cannes a réuni comme chaque année 1 500 participants, dont la toujours conviviale délégation de Courir à Peillon, enrichie cette année d’une école d’athlétisme forte de vingt enfants depuis septembre, dont la moitié d’entre eux s'est élancé sur les courses de la matinée.

Quant aux adultes, nous étions dix-huit à participer aux différentes courses (cross pour tous, cross court et cross des as) avec des résultats très satisfaisants.

Puis après l’effort, le réconfort avec un pique-nique partagé accompagné des boissons de récupération très personnalisées qu’avaient prévues les entraîneurs.

Le Président Juju en plein effort
Kentin nageant dans le bonheur du Cross

C'est dans le journal (Nice-Matin, 4/12/17)

dimanche 26 novembre 2017

Le jazz et la java

Cette chanson de 1962 de Claude Nougaro, inspirée du thème "Three to get ready" du jazzman Dave Brubeck en 1959 est bien plus qu'une opposition entre deux styles musicaux.

Si on prête attention aux paroles, on y entend une métaphore contre le racisme que l'auteur d'Armstrong avait déjà chanté.

"Quand j'écoute béat un solo de batterie,
V'la la java qui râle au nom de la patrie
Mais quand je dis bravo à l'accordéoniste
C'est le jazz qui m'engueule me traitant de raciste

Jazz et java copains ça doit pouvoir se faire
Pour qu'il en soit ainsi, tiens, je partage en frère"

Plus d'un demi-siècle plus tard, la chanson est toujours très actuelle (hélas !)




Et pour les amateurs, la version instrumentale originale :