BIENVENUE SUR MON BLOG

BIENVENUE SUR MON BLOG



dimanche 19 février 2017

CHAMBRE SANG UNE

Si ce roman d’Angie Lollia semble commencer comme une comédie romantique, l’auteure nous conduit vite dans les méandres d’une société secrète niçoise à travers le personnage de la journaliste Nelly Legendre partie à la recherche d’un écrivain mystérieusement disparu.

C’est dans un style fluide et agréable qu’Angie passe de l’intrigue à la romance, de l’humour à la trahison.

Et je ne dis pas cela parce que l’auteure est une amie !




Chambre sang une, de Angie LOLLIA
Editions RIC, ISBN 979-10-92986-27-

jeudi 9 février 2017

DE RÉPONDRE À L’OVERDOSE MÉTÉOROLOGIQUE


Sur son blog, mon ami Patrick Mottard poussait un salutaire coup de gueule quant à l'overdose de météo que nous subissons sur nos smartphones, télévisions, radios et journaux.


Si la sage colère de l'ami se justifie en grand nombre de points, j'apporterais cependant quelques observations à son courroux.

La première, Cher Patrick, est que nul te contraint à consulter les applications météos de ton smartphone ni ne t’empêche d'éteindre la télévision, c'est en substance ce que tu conclus avec l'autodérision que je te connais. 

Ensuite, et cela n'engage fort heureusement que moi, sans être un forçat de la consultation météorologique, les techniques modernes permettent de se renseigner avec précision avant une activité de plein air telle une randonnée ou une compétition sportive. Toutefois, et en ce qui me concerne, les inscriptions pour les marathons se faisant plusieurs mois avant l'épreuve aucune considération météorologique ne peut entrer dans le choix de la course sauf peut-être pour le marathon de l’Antarctique (qui existe réellement, voir sur ce lien). 

En outre, les récent(e)s participant(e)s aux championnats régionaux de cross à Fréjus ou interrégionaux de cross à Rocbaron (Var itou) te confirmeront volontiers que la pluie (voire les trombes d'eaux) sont vivifiantes et la boue très bonne pour la peau !

Les filles après la course et avant la douche
Enfin, et surtout, de toutes les diffusions de bulletins météos mes préférées sont radiophoniques, elles ont une forme de récitation poétique, d'inventaire à la Prévert. 

Enfant, la voix chevrotante d'Albert Simon décrivait le pays sans que je suive ni comprenne vraiment toute la litanie de noms mystérieux. Où pouvait donc se situer ce limousin ou ce bassin aquitain ? Il n'y a guère qu'en juillet que je localisais la dernière information du bulletin qui finissait toujours par la couleur du ciel sur l'étape du Tour de France et je pouvais aller jouer serein rassuré (ou pas) pour les conditions de courses de Bernard Hinault et ses concurrents bien moins bon que lui.

La météo marine, bien sûr, était le sommet de la chansonnette incompréhensible avec cette mystérieuse phrase "Mer calme à peu agitée allant de cinq à six Beaufort et de mille trente à mille cinquante hectopascals"

Beau fort ? Il n'était pourtant pas possible que la météo ne parle ni de fromage ni de mon papa (lequel aurait eu quatre-vingts ans à la dernière chandeleur, souvenir que j'ai commémoré la semaine dernière avec une bouteille de vin nantais et une amicale compagnie) !

Je pense, cher Patrick, qu'il était temps que je m'engage dans un débat important à quelques mois des élections présidentielles et après que l'on m'ai reproché une publication amorale sur un réseau social. 

Merci de m'avoir donné cette occasion, et bien entendu je suis disposé à poursuivre cet échange constructif et essentiel autour d'un verre.

mardi 7 février 2017

ALEX

Je ne suis pas particulièrement un grand lecteur de roman policier, mais de temps à autres c’est une récréation à laquelle je cède volontiers.

Alex, le roman de Pierre Lemaître, fait partie de ces romans qu’on ne veut pas lâcher tant on est pressé de connaître la suite, savoir qui tire les ficelles du jeu macabre et pourquoi.

Si certains personnages sont fatigants de caricatures (la pingrerie insensée d’Armand, la taille exagérément petite de Louis) d’autres au contraire sont touchant par leur sensibilité et la passerelle entre leur vie privée et leur métier les rends sympathiques.

En changeant plusieurs fois de statut, parfois cruelle, parfois victime, l’ambiguïté du personnage d’Alex la rend bouleversante.


Il n’est pas surprenant que le style de Pierre Lemaître fut ensuite consacré Prix Goncourt pour une autre de ses œuvres.


mardi 31 janvier 2017

LE TEMPS QUI PASSE

Les années qui s’additionnent sont pour certains, à les écouter, un fardeau lourd à porter à moins que leurs plaintes ne soient que coquetteries.

Je suis de ceux que cette incrémentation du compteur des ans ne bouleverse pas, bien au contraire, j’aime assez recevoir appels et messages de mes proches, les dits messages se multipliant depuis l’avènement des réseaux sociaux et il n’est pas rare de n’avoir qu’un seul contact annuel avec nombre de personnes.

Eventuellement, cela peut être l’occasion d’une soirée simple et sympathique.

Ainsi, samedi dernier, j’avais convié une petite trentaine de mes amis pour fêter le jour de mon arrivée dans ce bas monde.

La diversité de mes activités ont fait se rencontrer des sportifs épicuriens, quelques auteurs non moins joyeux et mes fils tout autant bons vivants. Il ne surprendra alors personne que les cadeaux qui me furent offerts soient du vin, des livres et du matériel sportif, chacun en des choix judicieux que je continue de savourer.

« Vive le sport, vive la littérature et vive l’amour » était la conclusion de ma brève intervention puisque la soirée fut également l’occasion de présenter à mes amis la femme qui désormais enchante mes jours.

Puis, nous avons prolongés la soirée dans un bar du vieux Nice, mais je tairais cette séquence par respect pour les familles de quelques protagonistes de cette fin de soirée….

Et l’an prochain, je change également de décennie, je ne vais pas tarder à réfléchir au sujet !